• Vente en ligne d'Objets d'Art, de Luxe et de Collection

  • Bienvenue sur le site Lac Paris

Chanel, la femme qui lisait

"La donna che legge", est le titre de l'exposition qu'accueille jusqu'au 8 Janvier 2017 la Galerie d'art moderne de Venise,  7ème volet de l'exposition itinérante "Culture Chanel". Vous devez penser encore une exposition consacrée à Gabrielle Chanel....oui c'est exact, mais cette rétrospective à pour objet de découvrir cette personnalité si controversée à travers ses lectures. C'est la première fois que son abondante bibliothèque est présentée au public.
Gabrielle Chanel dans sa bibliothèque du 31 rue Cambon Gabrielle Chanel dans sa bibliothèque du 31 rue Cambon
La conception de cette exposition est intéressante, puisque ni cartel, ni sens de visite ne sont imposés aux visiteurs. A son gré le visiteur découvre les 400 livres présentés et plus de 300 objets et œuvres d'art provenant de la rue Cambon, le tout présenté dans un environnement très épuré : y sont présentés des dédicaces, des dessins, des peintures, des photographies et des archives, des pièces de joaillerie et des parfums qui dialogueront tout naturellement avec un vestiaire Chanel sélectionné. Depuis son plus jeune âge, Gabrielle Chanel a fait des livres ses compagnons. Elle était une lectrice assidue, appréciant aussi bien les grands classiques tels que les ouvrages de Platon, Sophocle, Montaigne, Shakespeare, Baudelaire que les poètes modernes tels que Mallarmé, Cocteau. Mais cette rêveuse était également une grande lectrice sentimentale. C'est ainsi qu'à travers la transparence d'un cube de plexiglas, est présenté le manuscrit autographe de Madame de Bovary, nous y apercevons avec émotion l'écriture fine de Gustave Flaubert ainsi que toutes ses ratures.... C'est le silence de ses lectures qui éveille Gabrielle Chanel au monde, lui permet de s'en échapper, de rêver son destin, de se construire en trouvant dans les ouvrages qu'elle conserve la force et les moyens d'écrire sa propre légende. Comme le rappelle Jean-Louis Froment, commissaire de l'exposition : "Chanel était née au XIXème siècle, siècle pendant lequel les femmes n'étaient pas autorisées à lire. Très tôt, elle aura l'intuition que les livres pouvaient l'émanciper, lui permettre d'asseoir sa connaissance au monde. Elle pressentait que la poésie pouvait rendre l'être humain livre". A l'instar d'Emma Bovary, elle voulut construire sa vie comme celle d'une héroïne du XIXème siècle. A la manière des poètes et des écrivains qu'elle admirait, Gabrielle Chanel parviendra à imposer un vocabulaire et un style à sa vie. Une citation de Joséphin Péladan de son ouvrage "Initiation sentimentale" relate sa façon de vouloir vivre sa vie : "La vie qu'on mène est toujours peu de chose, la vie qu'on rêve, voilà la grande existence parce qu'on la continuera au-delà de la mort".
Carnet de note Gabrielle Chanel Carnet de note Gabrielle Chanel où elle avait inscrit cette citation de Joséphin Péladan
Arthur Capel dit "Boy" fut l'amour de Gabrielle Chanel. Homme d'affaire anglais, Boy Capel occupa une place centrale dans la vie de Gabrielle Chanel. Leur liaison commença vers 1908 et perdura jusqu'à la veille des années 1920, en dépit du mariage de Capel. C'est en quittant Gabrielle Chanel à Paris pour rejoindre son épouse sur la Riviera pour les fêtes de Noël 1919 qu'il trouve la mort au volant de son automobile. Brisée par le chagrin, Gabrielle se réfugie dans le silence, plongeant dans les livres que Boy lui avait fait lire et dans ceux qui lui avaient appartenu, serrés dans sa bibliothèque comme de précieuses reliques. Il communiqua sa passion pour la littérature à sa maîtresse.
Coco Chanel et Boy Capel Coco Chanel et Boy Capel
Est présenté pour la première fois, un carnet de notes que Boy destinait à Gabrielle où étaient consignés des notes et conseils de lecture. Il y écrira notamment : "Pensées qui font réfléchir. Il est agréable de s'oublier dans la lecture, de suivre l'imagination de quelqu'un d'autre, mais il est meilleur encore de juger des choses en exerçant sa propre pensée."
Carnet de notes de Boy Capel Carnet de notes de Boy Capel
Parmi les ouvrages significatifs : "LA VIE" de Guy de Maupassant : Gabrielle Chanel est née le 19 août 1883 à l'hospice de Saumur, fille d'un colporteur ambulant, elle est d'origine paysanne. En cette fin du XIXème siècle, la France, bouleversée par la révolution industrielle amorcée vers 1850, connaît sa 1ère grande vague d'exode rural. Les conditions de vie misérable des paysans les poussent à s'installer près des grandes villes et dans les nouvelles régions industrielles. La grande bourgeoisie et les nouveaux capitaines d'industrie ont pris le pouvoir. C'est cette société en pleine mutation que dépeignent nombre d'écrivains dans une veine réaliste, à l'image de Guy de Maupassant avec son ouvrage "Une vie" qui décrit Jeanne Le Perthuis des Vauds, son héroïne, au 1er chapitre d'une manière qui ne cesse de nous faire penser à la vie de Gabrielle "Elle sortait maintenant du couvent, radieuse, pleine de sèves et d'appétits de bonheur, prête à toutes les joies, à tous les hasards charmants que dans le désœuvrement des jours, la longueur des nuits, la solitude des espérances, son esprit avait déjà parcourus".
"Une vie" de Guy de Maupassant "Une vie" de Guy de Maupassant
"ANTIGONE" Dans la bibliothèque de Gabrielle Chanel, les poètes et tragédiens grecs et romains, Homère, Virgile, Sophocle, côtoient les poètes du XXème siècle, notamment Jean Cocteau dont elle habille Antigone et Oedipe Roi, qu'il met en scène.
Jean Marais dans un costume conçu par Coco Chanel pour la pièce "Oedipe Roi" de Cocteau (1937) Jean Marais dans un costume conçu par Coco Chanel pour la pièce "Oedipe Roi" de Cocteau (1937)
A l'opposé de la mode, Gabrielle Chanel impose un style au caractère intemporel. Elle se rapproche d'une conception architecturée du corps dictée par la juste proportion que l'on pourrait qualifier d'idéal classique. Cet archétype hérité de l'Antiquité gréco-romaine trouve un écho dans le goût de Mademoiselle pour les lignes pures : celles de la statuaire antique que l'on retrouve dans sa mode qui se plaît à éliminer tout superflu pour mieux délier la silhouette.
"Antigone" de J. Cocteau, costume par Coco Chanel "Antigone" de J. Cocteau, costume par Coco Chanel
"LEWIS ET IRENE" Écrivain et diplomate, Paul Morand (1888 - 1976) fait partie du cercle de Gabrielle Chanel. Dans les années 20, son écriture, sa liberté, comme sa manière de conduire sa vie, trouvent un écho dans le style que Chanel parvient à imposer. Paul Morand connaît et apprécie Boy Capel, il s'inspire librement du couple qu'il forme avec Gabrielle Chanel pour écrire "Lewis et Irène", un roman publié en 1924 dont l'exemplaire figurant dans la bibliothèque de Mademoiselle Chanel porte la dédicace : " Ce Lewis qui rappelle un peu Boy Capel".
"Lewis et Irène" de Paul Morand, exemplaire dédicacé à Coco Chanel "Lewis et Irène" de Paul Morand, exemplaire dédicacé à Coco Chanel
Paul Morand publiera également "L'Allure de Chanel" dans lequel il relate leurs conversations. Elle était l'amie d'artistes, écrivains, poètes tels que Mallarmé, Cocteau, Reverdy, Max Jacob. En 1967, Roland Barthes écrivait : "Si vous ouvriez aujourd'hui une histoire de littérature, vous devriez y trouver le nom d'un nouvel auteur classique : Coco Chanel. Chanel n'écrit pas avec du papier et de l'encre mais avec de l'étoffe, des formes et des couleurs (...) élégante comme Racine, janséniste comme Pascal, philosophe comme La Rochefoucauld, sensible comme Madame de Sévigné".
Dessin "Coco Chanel" par Cocteau (1932) Dessin "Coco Chanel" par Cocteau (1932)
      Enregistrer Enregistrer Enregistrer Enregistrer
By Elodie Froger
← Article précèdent Article suivant →